Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SÉRAPHIN

Messieurs, le comité vous présente la candidature de M. Meulemeester, mon père ; je la recommande à vos suffrages, j’ai dit.

(Bravos nombreux.)

SUZANNE
(avec satisfaction.)

C’est tout !


MOSTINCKX

Quelqu’un demande encore la parole ?


ALBERT
(dans la salle voisine.)

Moi !


MOSTINCKX

M. Albert Delpierre, de Paris, a la parole.


SUZANNE

C’est M. Albert !


ALBERT

Messieurs, Monsieur le Président a dit en me donnant la parole : Monsieur Delpierre de Paris. Oui, de Paris, je suis venu, mais à Bruxelles, je reste (Bravos). Maintenant, je sens que je suis un enfant de la capitale. Eh bien, Messieurs, je veux… je voudrais… euh ! euh !… excusez si je tombe trop court de mes mots, mais c’est parce que je veux dire mon cœur droit dehors et que l’émotion, on ne sait pas la contre (Bravos). Je vais vous dire ce que je pense du brave et honnête M. Beulemans. (Bravos.)