Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ALBERT

Alors, je vais dire à M. Beulemans que mon père, voulant donner plus d’extension à ses affaires, me rappelle à Paris… Car il vaut mieux, n’est-ce pas, ne froisser personne ?


SUZANNE

Oh ! certainement…


ALBERT

Évidemment…


SUZANNE

Et puis comme ça, n’est-ce pas, vous pourrez prendre tout votre temps et ne pas laisser les écritures en arrière…


ALBERT

Oui… Trois ou quatre…


SUZANNE

Mois…


ALBERT

Non, jours…


SUZANNE

Si vite ?


ALBERT

Oui.