Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MEULEMEESTER

Moi, je lui donne Séraphin.


BEULEMANS

Oui, mais qu’est-ce que lui donne ?


MEULEMEESTER

Il donne son métier, sa situation. Il est employé chez moi avec 225 francs par mois. Et plus tard il aura les affaires.


BEULEMANS

Plus tard, oui ! Mais, maintenant, ce n’est pas beaucoup.


MEULEMEESTER

Comment ce n’est pas beaucoup !… Ce sont déjà les appointements d’un lieutenant.


BEULEMANS

Mais ma fille a cinquante mille francs.


MEULEMEESTER

Oui, mais la jeune fille doit toujours avoir un peu plus que le garçon… sinon…


BEULEMANS

Ça n’est pas juste.


MEULEMEESTER

Ça, c’est le temps qui court.