Page:Fournel - Les Hommes du 14 juillet, 1890.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


180 LES HOMMES DU 14 JUILLET Tout en protestant con{re la Valeur

qu'on voulait attribuer à leur Médaille ef {*

sant le produit de quelques représentation les gardes- françaises ion


benélice. inmoins nomme un Comité, orné d'un O[d:

CoMpamMe, pour Vealler à Jours Intéré. " étaient loin de négliger, Le comits S'acquit(ty dl liche avec beaucoup d'activité Cl d'intelhig provoqua la levée des scellés inis our le mas, e du régiment, puis là nomination de COMMissaipns œ procéder à Pinventaire des effets faire, av les délégués de chaque bataillon, Le décompte de Cu qui revenait aux soldats.

Coup, Sur coup, ceux-ci demandérent le partage des sommes restant à Ja masse du réciment, 1 vente à leur profit de leurs uniforines, à Ja seule condition de les dégalonner auparavant, la nomi- nation de leurs Sehgenis aux places de lieutenant SOUS Ticutenants de la garde nationale, ce qu CNE places de sous-officiers pour Î sinples soldats: Ja permission de contracter éaéementaindéterminé, avec faculté de se rit ER prévenant six mois d'avance, et ils oh jnrent plupart de Jeurs demandes. Le 44 août, l'a vx Coiunale ordonna Ja distribution d'une °° de cent Ciquantée mille livres à Lous N françaises qui CMposaent Le réciuent at l

rides

Î juillet

q" bot hi

  • + ! L ‘ ‘ 1h

Le, et le baron de Lupé, le soul dépit de a

"uss jusqu’ au bout de Be réunir au Lors.