Page:Fournel - Les Hommes du 14 juillet, 1890.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
18
LES HOMMES DU 14 JUILLET.

à

1 L ° e Sant-Aploime, qui. au la de papier du faubours | | l He. a rise à sac de Sa maison ef de

. à abri. main de | : mx de trouver dans « l'ant. que. fut heureux de {rouvet l'antr, Ju

| ’ ti 1e un abri copire les fureurs de la ul. GOSSES EH

titude !. . pl Mercier pouvait écrire dans son Tableau de Paris

à lu ville de a Révolution : « Le peuple craint plus le Châtelet que la Bastille, I ne redoute Pas cette dernière prison, parce qu'elle Jui est COMME Ctran- etre... Par conséquent, if ne plaint guère ceux qui y ai détenus, » L'agitation entretenue depuis quel. ques années par les écrivains n'était eucre descendu, en effet, Jusqu'aux couches populaires, mais elle avait eu prise sur Ja bourgeoisie, En dehors de l'aris- locralie, Ja Bastille était surtout 1a prison des gens de lettres, gazetiers. Chansonnicrs, nouvellistes. ct des industriels qui se rallachaïent à eux. Elle paya cet honneur, Hs se Vengsérent sur clle, car tous n'avaient Pas pris leur mauvaise fortune avec la philosophie d'un Lenglet-Dufresnoy où d'un Marmontel. L'Inqui- silion française, de Constantin de Renneville, les Mémoires de Linguet, les Lettres de cachet de Mira- beau, l'Histoire d'une délention de lrente-neuf ans dans les prisons d'État (première version des Me- InGires de Latude), Sans parler du State of the pi

sn. « . ; k al Philosophie Mgluis John Howard. qui aval

y Ent ef s , +! le Le 7er LL ;

ja 4
, k ti

lille Pendant le m l, Sorti le 29. (flat des dépenses di la

in lee L É >) deg TG r : Archives, (: 1, 20872