Page:Fournel - Les Hommes du 14 juillet, 1890.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
21
LA BASTILLE EN 1789.

opuis longtemps. Des centaines d'écrivains, journa tes, historiens, philosophes, lui avaient hivré un urieux assaut. On avait fait tonuer contre elle la lerie des grands principes, des phrases éloquertes ct sonores, Les cahiers de Ja noblesse et du tiérs pa visions réclamaient la démolition de la Bastille, el ces derniers demandaient que sur son emplacement An élevât une colonne à Louis XVE, restaurateur de la hiberté publique. Les héros du 14 juillet et le patriote Paloy allaient réaliser bientôt li première partie de ce vœu ; la seconde, exprimée plus d'une fois déjà, renouvelée souvent par là suite, ne jurut pas avec la première, mais On ne saurait songer sans une amere tristesse à Ja facon dont dlle devait être traduite par los événements, Elle prouve Fidée qu'on se faisait cénéralement alors des sentiments de Louis XVE par rapport à Ja Bastille. Parmi les hommes du # juillet, beaucoup, non seulement séparaient le monarque de sa cour et de ses ministres, mais étaient persuadés qu'ils travaillaient pour lui en détruisant la Bastille : « Marche, disaient les femmes à leurs hommes ; cest pour le roi et la patrie? . » Le mot n'est-il pas signi-

ficatsf ?

1. Jusque dans le frontispice du livre de Linguet, où lon voit ls foudre renverser la Bastille et la statue royale se dresser

SUF ex débria, 2. Cousin Jacques, Précis caact,, cxaët.., PTS, ins”, pivee,