Page:France - Sur la voie glorieuse.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE ROI ALBERT


Tous ses actes s’inspiraient d’un esprit de sagesse et de bienveillance, et l’on s’accordait à reconnaître en lui un des plus doux pasteurs des peuples.

Soudain, quand les Allemands s’ouvrirent un passage impie à travers son royaume, il tira l’épée, et, sourd aux promesses des envahisseurs comme il l’avait été à leurs menaces, il combattit sans regarder au nombre, résolu à ne déposer les armes que lorsque le droit serait vengé. Il ne suffit pas à son grand cœur de commander ses armées : pour partager les fatigues et les dangers de ses soldats, il se fit simple soldat.

Roi, les républicains saluent en vous un héros et un juste.