Page:Franck - Le communisme jugé par l'histoire, 1871.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


élever un temple à son Dieu ? Ainsi toute violation du droit de propriété, quelles qu’en soient l'étendue et la forme, est nécessairement une atteinte à la liberté humaine : la communauté, en même temps qu'elle l’amoindrit chez les uns, la détruit radicalement chez les autres.

Aucun exemple plus éclatant ne peut être cité à l'appui de cette loi que la république de Sparte. C’est là que les plus hardis novateurs du dernier siècle, que nos révolutionnaires les plus ardents et les plus terribles ont puisé leurs inspirations ; c’est là encore que les communistes de nos jours vont chercher des arguments en faveur de leur doctrine ; il est donc important qu’on ait une idée exacte de cette cité fameuse et trop admirée. Lycurgue donna d’abord à la propriété à peu près la même constitution que Moïse. Il partagea la terre en portions égales entre tous les citoyens, faisant trente mille parts pour les habitants de la campagne et neuf mille pour ceux de la ville, et rendit ces patrimoines inaliénables[1]. Mais comme les Spartiates, uniquement formés à la guerre, ne cultivaient pas eux-mêmes leurs champs et étaient obligés par leurs lois d’en consommer les revenus en commun, cette possession individuelle n’eut qu’une faible influence sur leur esprit, leurs mœurs et leur condi-

  1. Aristote, Politique liv. II. chap. 7.