Page:Freud - Introduction à la psychanalyse, 1923, trad. Jankélévitch.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une série d’impressions de la vie passée que le malade affirme expressément avoir oubliées. D’une part, cette série s’étend jusqu’aux premières années de la vie, de sorte que l’amnésie hystérique peut être considérée comme une suite directe de l’amnésie infantile qui cache les premières phases de la vie psychique, même aux sujets normaux. D’autre part, nous apprenons avec étonnement que les événements les plus récents de la vie des malades peuvent également succomber à l’oubli et qu’en particulier les occasions qui ont favorisé l’explosion de la maladie ou renforcé celle-ci sont entamées, sinon complètement absorbées, par l’amnésie. Le plus souvent, ce sont des détails importants qui ont disparu de l’ensemble d’un souvenir récent de ce genre ou y ont été remplacés par des souvenirs faux. Il arrive même, et presque régulièrement, que c’est peu de temps avant la fin d’une analyse qu’on voit surgir certains souvenirs d’événements récents, souvenirs qui ont pu rester si longtemps refoulés en laissant dans l’ensemble des lacunes considérables.

Ces troubles de la mémoire sont, nous l’avons dit, caractéristiques de l’hystérie qui présente aussi, à titre de symptômes, des états (crises d’hystérie) ne laissant généralement aucune trace dans la mémoire. Et puisqu’il en est autrement dans la névrose obsessionnelle, vous êtes autorisés à en conclure que ces amnésies constituent un caractère psychologique de l’altération hystérique, et non un trait commun à toutes les névroses. L’importance de cette différence se trouve diminuée par la considération suivante. Le « sens » d’un symptôme peut être conçu et envisagé de deux manières : au point de vue de ses origines et au point de vue de son but, autrement dit en considérant, d’une part, les impressions et les événements qui lui ont donné naissance et, d’autre part, l’intention qu’il sert. L’origine d’un symptôme se ramène donc à des impressions venues de l’extérieur, qui ont été nécessairement conscientes à un moment donné, mais sont devenues ensuite inconscientes par suite de l’oubli dans lequel elles sont tombées. Le but du symptôme, sa tendance est, au contraire, dans tous les cas, un processus endopsychique qui a pu devenir conscient à un moment donné, mais qui peut tout aussi bien rester toujours enfoui dans l’inconscient. Peu importe