Page:Freud - Introduction à la psychanalyse, 1923, trad. Jankélévitch.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


une considération toute particulière. Ils entraînent des conséquences d’autant plus graves qu’ils se produisent à une époque où le développement est encore inachevé, circonstance qui favorise précisément leur action traumatique. Les travaux de Roux et d’autres sur la mécanique du développement nous ont montré que la moindre lésion, une piqûre d’aiguille par exemple, infligée à l’embryon pendant la division cellulaire, peut entraîner des troubles de développement très graves. La même lésion infligée à la larve ou à l’animal achevé ne produit aucun effet nuisible.

La fixation de la libido de l’adulte, que nous avons introduite dans l’équation étiologique des névroses à titre de représentant du facteur constitutionnel, se laisse maintenant décomposer en deux nouveaux facteurs : la disposition héréditaire et la disposition acquise dans la première enfance. Je sais qu’un schéma a toujours la sympathie de ceux qui veulent apprendre. Résumons donc les rapports entre les divers facteurs dans le schéma suivant.


  Étiologie
des névroses
  =       Disposition
par fixation de la libido
  +       Événement accidentel
(traumatique)
  ______I_____
  Constitution sexuelle.
Événement de la vie préhistorique
  Événement de la vie infantile


La constitution sexuelle héréditaire présente une grande variété de dispositions, selon que la disposition porte plus particulièrement sur telle ou telle tendance partielle, seule ou combinée avec d’autres. En association avec les événements de la vie infantile, la constitution forme une nouvelle « série complémentaire », tout à fait analogue à celle dont nous avons constaté l’existence comme résultat de l’association entre la disposition et les événements accidentels de la vie de l’adulte. Ici et là nous retrouvons les mêmes cas extrêmes et les mêmes relations de substitution. On peut à ce propos se demander si la plus remarquable des régressions de la libido, à savoir sa régression à l’une quelconque des phases antérieures de l’organisation sexuelle, n’est pas déterminée principalement par les conditions constitutionnelles