Page:Fujishima - Le Bouddhisme Japonais, doctrines et histoire des douze grandes sectes bouddhiques du Japon.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
84
LE BOUDDHISME JAPONAIS

qui sont aussi appelées les patriarches qui transmettent la Loi ; leurs noms sont Nâgârjuna (Ryû-myô}}), Nâgabodhi (Ryû-thi), Vajrabodhi (Kon-gô-thi), Çubhakarasiṃha (Zen-mou-i), Amoghavajra (Fou-ku-kon-gô), Kéï-kwa, Ithi-guyô et Kou-kaï.

Kou-kaï eut dix grands disciples ; mais deux d’entre eux seulement furent ses vrais successeurs, à savoir : Jitsou-é et Shin-ga. Gen-nin leur succéda et transmit la Loi à Yokou-shin et à Shô-bô. Celui-ci fut le fondateur de l’École O-nô, et celui-là de l’École Hiro-sawa.

LISTE CHRONOLOGIQUE DES PATRIARCHES
Inde

Mahâvairocana (Daï-nythi)
Vajrasattva (Kon-gô-satta)
Nâgârjuna
Nâgabodhi

Chine

Vajrabodhi
Amoghavajra
Kéï-kwa

Japon

Kou-kaï, Kau-beau-Daï-shi.
Jitsou-é et Shin-ga