Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


arquâtûra, aiquâtus, v. arcu-arquitenens, v. arcit-arquâtes, v. arcuit-. arquo, are, v. arcuo. arquus, t, m., v. arcus. arra, œ, f., gages, arrhes : Plin. 29, 21; cf. Gell. 17, 2, 21. Arrâbia, Arrâbius, v. Ara-.

arràbo, ônis, ta., c. arra: Pl. Rud. 44, etc.; Plin. 33, 28; cf. Gell. 17, 2, 21.

arrâdo, v. adrado.

Arrœi, ôrum, m., peuple sar-mate : Plin. 4, 41.

axrâlis, e (arra), qui concerne le gage : Cod. JusT. 4, 49, S.

arrect-, v. adrecl-.

arrêmïgo, v. adremigo.

Arreni, m., peuple d’Arabie j Plin. 6, 157.

airënïcum, v. arrhenicum.

arrep-, v. adrep-.

Arrêt-, v. Arel-.

arrexi, v. adrigo.

arrha, arrhâbo, arrhâlis, v. arra, etc.

arrhënïcum, i, n. (dtppEvixôv), arsenic [métalloïde] : Plin. 6, 98.

arrhënôgônôn, i, n. (ippEvoYo-vok), crucianelle [plante] : Plin. 26, 99.

Arrhldaeus, t, m. (’AppiSaîoç), frère d’Alexandre : Curt. 10, 7, 2; Sen. Ben. 4, 31, 1.

arrhythmïa, m, f. (4ppu8p.(«), manque de rythme : Mar.-Vict. Gram. 43, 5.

arrhythmôs, on (<ïppu9(iioç), mal cadencé : Capel. 9, 970.

Arrîa, se, nom de femme : Tac. An. 16, 34; Mart. 1, 14.

Arrïâni, v. Ariani.

Arridseus, v. Arrhideeus.

arrid-, arrig-, arrip-, arris-, v. adr-.

Arrïus, U, m., nom d’homme: Fest. 355.

arro-, v. adro-.

Arrotrebse, ârum, m., peuple d’Espagne : Plin. 4, 111; 114; 119.

Arrubium, v. Arutrium.

arrugïa, se, f., galerie d’une mine d’or : Plin. 33, 70.

Arruns, Us, m., fils de Tarquin : Liv. 1. 56, 7; 2, 14, 5.

Arruntïus, ii, m., nom d’h. : St. S. 1, 2, 71.

Arrybas, se, m., roi des Molosses : Just. 7, 6, 11.

aïs, artis, f. 1) 1 talent, savoir-faire, habileté, art : ars et malilia alicujus Cic. Verr. 2, 135, savoir-faire et malignité de qqn; arie quadam prseditus ad libidines adu-lescentulorum excitandas accom-modata ClC. Clu. 36, ayant une adresse toute spéciale pour éveiller les passions de la première jeunesse ; plus artis quam fidei adhibere Liv. 3, 10, 10, mettre en œuvre plus d’habileté que de bonne foi ; arle Punica Liv. 25, 39. 1. avec l’habileté des Carthaginois Il d’où artes : a) [en gén.]

talents, qualités : Cic. Pomp. 36 ; Fin. 2, 115; Sall. C. 9, 3; in consule noslro multrn bonœque artes animi et corporis eranl Sall. J. 28, 5, notre consul avait beaucoup de qualités intellectuelles et physiques; artes mititares, imperatorise Liv. 25, 19, 12, qualités qui font le soldat, le général ; b) [sens moral] : bonse artes Sall. C. 11, 2; J. 4, 7, etc., les bonnes qualités, les vertus, les bons principes d’action, le bien; bonarum artium ma-gislri Cic. CM 29, ceux qui enseignent les vertus ; malse artes, les mauvaises qualités, les manifeStat.ions d’une habileté mauvaise, mauvaise ligne de conduite, les vices, le mal : Sall. C. 3, 4 ; J. 41, 1; Liv. 2, 9, 7 ; 23, 2, 2; ( Mucianus) malis bonisque artibus mixlus Tac. H. 1, 10. (Mucien) mélange de mauvaises et de bonnes qualités ; c) manifeStat.ions du savoir-faire, moyens, procédés, ligne de conduite : imperium facile eis artibus retinetur, quibus initia parium est Sall. C. 2, 4, la puissance se conserve aisément par les moyens (les pratiques) qui ont servi dans le principe à l’acquérir ; artibus Fabii bellum gere-bat Liv. 22, 24, 10, il guerroyait suivant la tactique de Fabius; nec Ilannibalem fefellit suis se artibus peli Liv. 22, 16, 5, il n’échappa pas à Hannibal qu’on l’attaquait avec ses propres armes, cf. Cic. Verr. 4, 81 ; Fam. 2,4, 2 ^2 ce k quoi s’applique le talent, le savoir faire ; métier, profession ; art, science : opifices omnes in sordida arte versantur Cic. Off. 1, 150, tous les artisans pratiquent un métier bas ; minime artes ese pro-bandaB, quse ministres sunt volup-tatum « cetarii, lanii, coqui... » Cic. Off. 1, 150, les métiers les moins louables sont ceux qui se mettent au service des plaisirs, tels les poissonniers, les bouchers, les cuisiniers... ; pictura et fabri-ca ceterxque artes ClC. 2, 35, la peinture, l’architecture et tous les autres arts ; ars dicendi Cic. de Or. 1, 66, l’art de la parole, de l’éloquence ; divinationis ClC. 2, 166, l’art de la divination; eruditissimorum hominum artibus eloquenliam contineri Stat.uo ClC. de Or. 1, 5, je suis d’avis que l’éloquence repose sur l’ensemble des connaissances que possèdent les hommes les plus instruits; artes honestte Cic. Br. 213 ; inge-nuse ClC. de Or. 1, 73; libérales ClC. /nu. 1, 35, connaissances libérales, culture libérale, beaux-arts, belles-lettres; artem profiteri Cic. Tusc. 2, 12; Plane. 62, etc., faire profession d’un art, d’une science; in arte se exercere Cic. Tusc. 1, 41, s’exercer dans un art, une science; artem scire Cic. Tusc. 5, 8 [Liv. 30, 37, 9] ; nosse Cic. de Or. 1, 215, savoir un art ; discere ClC CM 78 ; Rep. 1, 33, apprendre un art, une science ; tractare Cic. de Or. 3, 86, exercer un art, pratiquer une science U 3 connaissances techniques, théorie, corps de doctrine,

système, art : celerarum rerum studia et doctrina et prseceptis et arte constare Cic. Arch. 18, [nous savons] que toutes les autres études supposent un enseignement, des leçons, un art; etiamsi ingénus atque arte valeant Cic. de Or. 1, 115, quand même ils seraient remarquables par les dons naturels et les connaissances théoriques II [en part.] traité : ars rhetorica Cic. Or. 114, traité de rhétorique, rhétorique, cf. Fin. 4, 7; rhetorum artes ClC Fin. 3, 4, les traités des rhéteurs ; scrip-tores artis Cic. de Or. 1, 91 ; 1, 113, etc., auteurs de traités [de rhétorique] ; quicumque artem sa-crificandi conscriptam haberet Liv. 25, 1, 12, quiconque aurait un traité rédigé concernant les sacrifices ¶ art, habileté technique : ars cum copia certat Cic. Verr. 4, 65, [œuvre dans laquelle] l’art le dispute à la richesse ; victorim summa arte perfectœ Cic. Verr. 4, 103, des Victoires, œuvre d’un art consommé 11 au pl., productions de l’art, œuvres d’art : Cic. Leg. 2, 4 ; Hor. O. 4, 8, 5 ; Ep. 1, 6, 17; 2, 1, 242.

»—>- un nominatif artis d’après Virg. Gram. 5, p. 38, 6.

Arsa, m, f., ville de la Bétique: Plin. 3, 14.

Arsacê, es, f., ville des Parthes : Plin. 6, 113.

Arsâcës, is, m. (’Apo-àxriç), roi des Parthes : Just. 41, 5 \\ -eldae, ârum, m., Arsacides [descendants d’Arsacès] : Luc. 1, 108; 8, 217; 8, 306 ¶ -cïus, a, um, des Arsacides, des Parthes : Mart. 9, 35, 3.

Arsagalitae, ârum, m., peuple de l’Inde : Plin. 6, 78.

Arsamôsâta, m, f., ville d’Arménie : Tac An. 15, 10.

Arsaniâs, se, m., fleuve de la grande Arménie : Plin. 6, 128.

Arsanus, i, m., c. Arsaniâs: Plin. 5, 84.

arsella, se, t., c. argemonia: Apul. Herb. 31.

arsën, ënis, m. (Sçxnjv), mâle [surn. de la mandragore] : Plin. 25, 148. _

arsënïcum, i, n (ipuEvtxtîv), arsenic : Ism. 19, 17, 12.

Arsennâria, se, t, ville de Mauritanie : Plin. 5, 19.

arsënôgônon, v. arrhenogonon.

Arsës, is, m., fils d’Artaxerxes : Sulp. Chron. 2, 16, 8.

arse verse (= averte ignem), détourne le feu [inscription étrusque mise comme préservation sur les portes des maisons] : P. Fest. 18; Afran. Com. 415.

1 arsi, parf. de ardeo.

S Arsi, ôrum, m., peuple de l’Arabie heureuse : Plin. 6,155.

i Arsia, œ, m., fleuve de l’Istrie : Plin. 3, 129,139, 150.

2 Arsia silva, f., forêt d’Etru-rie : Liv. 2, 7 ; Val.-Max. 1, 8,5.

arsïbïlis, e, qui peut prendre feu : Gloss. 3, 346, 60.