Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/467

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


curto, âvi, âlum, are (curtus), tr., accourcir, retrancher : curtatœ radiées Pall. 3, 10, 2, racines tronquées ; curtari pede Boet. Porph. 5, p. 106, être amputé d’un pied H [flg.] réduire, écorner : Hor. S. 2j 3, 124; curtare rem Pers. 6, 34, écorner sa fortune.

curtus, a, um, fl lécourté, tronqué : dolia caria Lucr. 4, 1026, jarres tronquées [faisant vase de nuit]; curta vasa Juv. 3, 271, vases ébréchés ; curti Judeei Hor. S. I, 9, 70, les Juifs circoncis; curtus equus Prop. 4, 1, 20, cheval écourtô [une fois sacrifié, on lui coupait la queue] 1[ 2 [flç.] a) sententia quasi curta Cic. Fin. 4, 36, pensée pour ainsi dire tronquée: b) incomplet, boiteux [en pari, du rythme ora-toirel : Gic. Or. 16S ; c) mince, insuffisant : Hor. 0. 3, 24, 64.

Cûxùbis, is, t., ville de la province d’Afrique : Phn. 5, 24 ¶ -bïtânus, a, um, de Curubis : CIL 8, 10525.

cûrûlis, e (cwrrus, cf. dissero, disertus), 1[ 1 de char, relatif au Char : curules equi Liv. 24, 18, 10, chevaux que l’Etat fournissait pour atteler les chars dans les processions que l’on faisait dans le Cirque ; curulis triumphus Suet. Aug. 12, le gTand triomphe [par opposit. à l’ovation] ; curules ludi Minuc. 37, les jeux du cirque 1[ 2 curule, qui donne droit à la chaise curule : sella curutis Liv. 1, 8, 3, chaise curule; curulis eedilitas Cic. Har. 27, 27, édilité curule; curulis magis-tratus Gell. 3, 18, magistrature curule, v. eedilis II Cùrùlis, is, f., chaise curule : Tac. An. 1, 75 ¶ cûrûlis, is, m., édile curule : Plin. 18, 42; cùrûles Stat. S. 4, I, 5, les magistratures curules.

Curunda, œ, f., ville d’Hispa-nie : CIL 2, 2633.

curvàbïlis, e (curvo), facile à courber, flexible : Pall. 12, 15, 2.

curvâmëu, inis, n. (curvo), courbure : Plin. Ep. 9, 7,4; Ov. M. 2,130; curvamen caeh Gell. 14,1, 10, voûte du ciel [flg. = climat].

curvàmentum, f, n., Schol. Virg. G.J, 170, c. curvamen.

curvâtïo, ônis, f. (curvo), action de courber : Col. 4, 12, 2.

curvàtùra, te, î. (curvo), courbure : curvalura camerie Vitr. 7, 3, voûte, cintre de voûte; curvatura wiguium Plin. 10, 42, ongles crochus.

curvàtus, a, um, part, de curvo.

curvëdo, ïnis, f. (curvus), c. curvatio : Soran. 81, 14.

curvesco, ère (curvus), int., se courber : Ambr. Psalm. 118, 26 ; Amm. 22, 8, 5.

curvimeres, v. cucumeres : Varr. L. S, 104.

curvïpës, ëdis, qui a les pieds recourbés : Gloss.

eurvïtâs, âtis, f. (curims), courbure : Mac». Somn. 1, 15, 7.

curvo, âvi, âtum, are (curvus), tr., 11 1 courber, plier, voû-

ter : curvare arcum Stat. Achill. 1, 487, bander un arc ; Hadrise curvanlis Calabros sinus Hor. 0.

I, 33, 16, de l’Adriatique qui creuse les golfes calabrais; cur-vata senio membra Tac. An. 1, 34, membres courbés par l’âge ¶ [au passif] s’infléchir : unda cur-vata in montis faciem Virg. G. 4, 361, l’onde qui s’infléchit en forme de montagne; portus in arcum curvàtus Virg. En. 3, 533, port qui s’infléchit en forme d’arc II 2 [ng.] fléchir, émouvoir : Hor.

0. 3, 10, 16.

curvôr, ôris, m. (curvus), courbure : Varr. L. 5, 104.

curvus, a, um, fl 1 courbe, courbé, recourbé, plié : curvee falces Virg. G. 1, 508, faux recourbées; curva litora Catul. 64, 74, rivages sinueux; curvus arator Virg. B. 3, 42, le laboureur courbé sur la charrue; curvum sequor Ov. M.

II, 505, mer orageuse (dont les vagues se recourbent) ¶ qui dévie : curvee quadrigœ Manil. 1, 740, char qui se détourne de son chemin Il creux : curvee cavernes Virg. En. 3,674, cavernes profondes 5F 2 [flg.] = pravus, qui n’est pas droit, contourné : curvo dignoscere rectum Hor. Ep. 2, 2, 44, distinguer le bien du mal ; curvi mores Pers. 3, 52, fléchissement des moeurs ; invenimus qui curva cor-rigerel Plin. Ep. 5, 21, 6, nous avons trouvé un homme capable de redresser ce qui est courbe (de travers).

cuscôlïum, U, n., graine do kermès : Plin. 16, 32.

cûsî, v. cudo »» > .

Cûsibis, is, f., ville de la Tar-raconnaise : Liv. 35, 22.

Cusïnïus, ii, m,, nom romain : Cic. AU. 12, 38 a, 2.

cûsïo, ônis, f. (cudo), frappe de monnaie : Cod. Th. 11,16, 18.

cûso, are, fréq. de cudo : Prisc. 10, 24.

eùsôr, ôris, m. (cudo), mon-nayeur: Cod. Just. 10, 64, 1.

cuspïdâtim (cuspis), en pointe : Plin. 17, 102.

cuspïdâtus, a, um, part, de cuspido.

cuspïdo, âtum, are (cuspis), tr., rendre pointu, faire en pointe : Plin. 11, 126.

cuspis, ïdis,f., fl 1 pointe:CJBs. C. 2, 2, 2; Plin. 18, 172; Virg. En. 5, 208 ; cuspis aquilœ Suet. Cses. 62, extrémité pointue de l’étendard qu’on enfonçait en terre, cf. Liv. 8, 8, 10 11 2 tout objet pointu : [épieu, javelot] Virg. En. 11, 41 ; [broche à rôtir] M art. 14, 221, 2; [trident de Neptune] Ov. M. 12, 580; [aiguillon d’abeille] Plin. 21, 78 ; [dard du scorpion] Ov. M. 2, 199 ¶ tube en argile : Varr. H.

1, 8, 4 ¶ membre viril : Pompon. Corn. 69.

Cuspïus, ïi, m., nom romain : Cic. Fam. 13, 6, 2.

cussïlîris, [arch.] paresseux, lâche : P. Fest. 50, 13.

Custidïus, ii, ta., nom romain : Cic. Fam. 13, 58.

custôdëla, se, t. (custos), garde, surveillance : PL. Merc. 233 ; Most. 406; et. P. FEST. 51, 5.

custôdïa, se, t. (custos), IF 1 action de garder, garde, conservation : agitare custodiam Pl. Rud 858, faire bonne garde; custodia pasloris Col. 8, 4, 3, la surveillance du berger ; ignis Cic. Leg. 2, 29, la garde du feu sacré; custodiee causa Cms. C. 1, 28, 3, pour monter la garde ; custodia justitise Cic. Fin. 2, 113, respect de la justice ; custodia decoris Quint. 11, 1, 57, observation des convenances K 2 garde, sentinelles, corps de garde : custodiam reliquerant Oes. G. 2, 29, 4, ils avaient laissé une garde ; de custodia Germani Suet. Cal. 45, 1, Germains de la garde du corps ; custodiee Msenapiorum C&S. G. 4, 4, 4, les corps de garde installés par les Ménapiens II 3 lieu où l’on monte la garde, poste : hsec custodia mea est Cic. Phil. 12, 24, voilà mon poste ; in portubus atque custodiis Cic. Pomp. 16, dans les ports et les postes [de douane] 1T 4 prison : in custodias includere Cic. Verr. 5, 144, jeter dans les prisons; libéra custodia Liv. 24, 45, 8, prison libre, détention chez un particulier ou dans une ville, cf. Sall. C. 47, 3 5F 5 prisonnier, détenu : in reco-gnoscendis custodiis Suet. Tib. 61, 5, en parcourant la liste des détenus, cf. Sen. Ep. 5, 7; 77, 18; etc., Serv. En. 11, 184.

^ >- gén. custodias Sall. d. Charis. 107, 12 [interpr. fausse].

custôdïârîus, a, um (custodia), de garde : ITAL. Is. 1, 8 II custô-diàrïum, K, n., guérite, abri, maison de garde : Teut. Mort. 2; Cass. Eccl. 2, 18 ¶ custôdïârîus, ii, m., gardien de prison : CIL 6, 327.

custôdîbo, v. custodio M->-

custôdïo, ïvi, ou ïi, ilum, Ire (custos), tr., If 1 [en gén.] garder, conserver, protéger, défendre : corpus Cic. Mil. 67, garder la personne de qqn ; pâma in mette Col. 12, 45, 3, conserver des fruits dans du miel ; se custodire Cic. 2, 126, être sur ses gardes ; templum ab Hannibale Nep. Hann. 9, 4, garder un temple contre Hannibal ; memoria aliquid Cic. de Or. 1, 127, retenir qqch dans sa mémoire; custodire modum ubique Quint/4, 2, 35, être toujours dans la mesure ; custodire quod juraveris Plin. Pan. 65, 2, respecter son serment 1[ 2 [en part.] a) surveiller, tenir l’œil sur : custodire oliquem, ne quid auferat Cic. Cœcil. 51, surveiller qqn, pour l’empêcher de rien dérober; b) tenir secret : ejus (orationis) custodiendee et proferendee arbi-trium tuum Cic. AU. 15, 13, 1, libre à toi de garder par devers toi ce discours ou de le publier; C) tenir en prison : Cic. Verr. 5, 68 *\ 3 fabs1] prendre garde, avoir soin de  : custodiendum est ut