Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
148
HISTOIRE

Le duc de Montmorenci fatigué comme vice-roi de tous ces débats, céda pour une certaine somme sa charge à Henri de Lévis, duc de Ventadour. Le roi fit en conséquence expédier en 1625 ses lettres patentes nommant lieutenant-général de la Nouvelle-France ce dernier duc, qui dégoûté du monde était entré dans les ordres sacrés. Son but en acceptant cette charge était de travailler bien moins à l’établissement de la colonie qu’à la conversion des idolâtres. Aussi fit-il peu de chose pour elle ; mais s’il y envoya peu ou point de colons, en revanche il y fit passer, dans l’année même et à ses propres frais, cinq Jésuites : c’étaient les P.P. Lallemant, Brébœuf,[1] Masse et deux autres religieux. Tout louable qu’était ce dessein, cela donnait peu d’espoir à ceux qui désiraient voir avancer le Canada en population, en industrie et en richesses. Mais Champlain veillait sur lui, et s’il ne faisait pas de progrès, du moins sa main l’empêchait de tomber.

À la fin outré de la coupable indifférence de la nouvelle compagnie, il l’accusa auprès du duc de Ventadour, et peignit à ce seigneur avec énergie l’abandon dans lequel elle laissait

  1. Le P. Brébœuf était d’une ancienne famille normande de la souche de laquelle descendent les Arundels d’Angleterre. Dict. Historique.