Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
287
DU CANADA.

jamais été rendue libre chez les Indiens, car l’intérêt politique et commercial commandait impérieusement la plus grande circonspection à cet égard. Aussi les colonies anglaises avaient-elles des lois préventives, tout comme le Canada, quoique pour des motifs différens ; mais elles les observaient plus ou moins strictement selon l’urgence des circonstances.

Quoi qu’il en soit, les difficultés commencèrent entre le baron d’Avaugour et M. de Pétrée à l’occasion d’une veuve qui vendait de l’eau de vie aux Sauvages en contravention aux lois. Cette femme fut jetée en prison. Un Jésuite voulut intercéder pour elle et la justifier. Le gouverneur qui venait de faire fusiller trois hommes pour la même offense (Journal des Jésuites), et troublé peut-être par le remords d’avoir laissé infliger une peine qui était hors de toute proportion avec le crime, s’écria avec colère, que puisque la traite de l’eau de vie n’était pas une faute pour elle, elle ne le serait à l’avenir pour personne, et qu’il ne voulait plus être le jouet de ces contradictions.

L’évêque de son côté croyant l’honneur de sa mitre offensé par cette boutade, prit ta chose avec hauteur. Le débat s’envenima. D’un côté, les prédicateurs tonnèrent dans les chaires, les confesseurs refusèrent l’absolution ;