Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
353
DU CANADA.

affaires politiques, les plus fortes garanties de modération et de fermeté dans toutes les circonstances qui peuvent se présenter. La masse du bas clergé est, en outre, comme le peuple, plus difficile à corrompre, à dénationaliser et à pervertir, que le haut clergé qui a de grands emplois ou de grandes richesses à conserver.

D’autres assurent que cette situation particulière même nécessite une dépendance complète de la part des curés ; que la subordination serait plus difficile si un curé ne pouvait être destitué qu’après un jugement en forme, qui ne pourrait jamais s’obtenir qu’à la suite de longs débats et de beaucoup de scandale peut-être ; que toutes les paroisses attachées à leurs pasteurs seraient comme autant de petites républiques, qui réclameraient dans l’occasion une liberté intolérable, et qu’elles auraient d’autant plus de chance d’obtenir, qu’elles seraient favorisées par les protestans, &c. Dans l’état actuel des choses tout cela est évité, et si un ministre manque à ses devoirs, l’évêque rémédie au mal avec promptitude et sans éclat. Par ce moyen l’harmonie qu’on voit régner parmi les catholiques n’est presque jamais troublée.

Sans entrer dans l’appréciation de ces deux systèmes, nous devons dire que les Canadiens