Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
49
DU CANADA.

un étonnement extrême. Les savans capables d’en apprécier la grandeur et les effets, se félicitèrent de vivre à l’époque où cet événement extraordinaire venait de reculer si loin les bornes des connaissances et des observations de l’esprit humain.[1]

Colomb fit encore trois voyages dans le Nouveau Monde,[2] dans lesquels il découvrit presque toutes les îles de l’archipel du Mexique. Dans le dernier, il côtoya le continent méridional, depuis la baie de Honduras jusqu’au golfe de Darien. Il aborda également à la côte de la Terre-Ferme et explora le golfe de Paria. C’est dans une de ces expéditions que François de Bovadilla, gouverneur de St.-Domingue, et ennemi de Colomb, le fit arrêter et osa l’envoyer chargé de fers en Espagne. Le Roi lui fit des excuses ; mais Colomb n’oublia jamais ce trait de noire ingratitude. Il portait ces fers partout où il allait avec lui, et il ordonna qu’ils fussent mis dans son tombeau après sa mort.

Colomb était de haute stature, avait le visage long et de bonne mine, le nez aquilin, les yeux bleus, le teint blanc, tirant sur le rouge enflammé. Il avait eu les cheveux roux dans sa

  1. Robertson. Herrera.
  2. L’un de 1493 à 96 ; le second en 1498, et le dernier de 1502 à 1504.