Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
117
DU CANADA.

bois impénétrables, et de prairies, ou plutôt de landes poussant plus de mousse que d’herbe. Les Français et les Anglais n’y avaient formé des établissemens que pour l’utilité de leurs pêcheries. Les Français y faisaient la pêche dès 1504, et ils avaient formé un établissement vers le cap de Raze pour y faire sécher leur poisson. Les Anglais, conduits par le chevalier Humphrey Gilbert, y plantèrent une colonie en 1583 dans la baie de St.-Jean. Gilbert prit possession de cette baie et de deux cents lieues de pays tout à l’entour, au nom de la reine Elizabeth, ignorant que cette terre fût une île. Il y promulgua plusieurs décrets qui respirent la loyauté la plus pure envers sa souveraine, mais qui ne prévinrent point la ruine de son établissement ainsi qu’on l’a rapporté ailleurs. Il fit celui-ci entre autres, que quiconque parlerait d’une manière offensante de Sa Majesté, aurait les oreilles coupées et perdrait ses biens.

En 1608, Jean Guyas, de Bristol, reprit le projet du chevalier Gilbert, et s’établit dans la baie de la Conception. Il transféra ensuite son établissement à St.-Jean, aujourd’hui capitale de l’île ; de là les Anglais s’étendirent sur toute la côte orientale. Quoique les Français y eussent des pêcheries depuis qu’ils fréquentaient le grand banc, pendant longtemps le gouver-