Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
132
HISTOIRE

dangers durant plusieurs jours. La navigation a quelque chose de hardi, de grand même, mais de triste et sauvage dans les hautes latitudes de notre globe. Un ciel bas et sombre, une mer qu’éclaire rarement un soleil sans chaleur, des flots lourds et couverts, la plus grande partie de l’année, de glaces dont les masses immenses ressemblent à des montagnes, des côtes désertes et arides qui semblent augmenter l’horreur des naufrages, un silence qui n’est interrompu que par les gémissemens de la tempête, voilà quelles sont les contrées où M. d’Iberville a déjà signalé son courage, et où il va le signaler encore. Ces mers lui sont familières, elles furent les premiers témoins de sa valeur. Depuis longtemps son vaisseau aventureux les sillonne. Plus tard cependant il descendra vers des climats plus doux ; et ce marin qui a fait, pour ainsi dire, son apprentissage au milieu des glaces polaires, ira finir sa carrière sur les flots tièdes et limpides des Antilles, au milieu des côtes embaumées de la Louisiane ; il fondera un empire sur des rivages où l’hiver et ses frimats sont inconnus, où la verdure et les fleurs sont presqu’éternelles. Mais n’anticipons pas sur une époque glorieuse pour lui et pour notre patrie.

L’escadre était toujours dans le plus grand péril. Cernés par les glaces qui s’étendaient à