Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
144
HISTOIRE

en divers lieux des cantons, n’a été interrompu que par la guerre que nous avons été obligés de faire à cette nation, à cause de ses révoltes et de ses insultes ».

Les prétentions des deux couronnes étaient bien claires. Dans les négociations pour l’échange des prisonniers, M. de Bellomont chercha à faire admettre que les Iroquois étaient sujets anglais ; mais le comte de Frontenac se contenta de répondre, que ces peuples étaient en pourparler avec lui ; qu’ils lui avaient laissé un otage pour garantie de leur parole, et que, pour ce qui les regardait, il allait traiter directement avec eux. Il fit du reste un accueil très gracieux à ces envoyés.

Quelque temps après leur départ, il apprit que le gouverneur anglais avait tenu un grand conseil dans lequel les anciens de tous les cantons avaient repoussé toute sujétion étrangère et proclamé hautement leur indépendance nationale dont ils se glorifiaient. Les détails de ce qui s’y était passé annonçaient que ce gouverneur et la confédération se ménageaient mutuellement, se défiaient l’un de l’autre ; que le premier voulait profiter de cette occasion pour établir le droit de souveraineté de l’Angleterre sur les cantons, tandis que ces derniers se servaient de l’influence de cette puissance pour obtenir des conditions