Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
219
DU CANADA.

mauvais succès de cette expédition dispendieuse, dont ils attendaient les plus grands résultats, causa un mécontentement général dans tout le Massachusetts ; elle augmenta beaucoup la dette publique et blessa l’amour propre national. La perte des Français dans les deux siéges fut de très peu de chose.

Cependant tandis que l’Acadie et la Nouvelle-Angleterre voyaient les bayonnettes et la hache de guerre se promener sanglantes et hautes sur leur territoire à la clarté des incendies, les régions de Terreneuve étaient en proie aux mêmes calamités.

À la première rupture de la paix, les Anglais avaient fait comme en Acadie des dégâts considérables sur les côtes de la partie française de l’île. Ce ne fut qu’en 1703 que l’on pût commencer à y prendre sa revanche. D’abord l’on attaqua et l’on prit d’assaut en plein jour le Forillon, poste assez important où quelques navires furent incendiés. Dans l’hiver on continua les ravages, et l’on fit subir de grandes pertes au commerce de l’ennemi ; mais ce n’était là que les préludes d’attaques plus sérieuses. M. de Subercase qui y avait remplacé M. de Brouillan, passé au gouvernement de l’Acadie, avait repris, avec l’agrément de la cour, le plan de M. d’Iberville de mettre toute l’île sous la domination française ;