Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
226
HISTOIRE

chez eux. Il n’est guère permis de douter que si la France avait été maîtresse des mers, toute l’île ne fût passée sous sa domination ; mais l’on verra que tant d’actes de valeur et tant d’effusion de sang devinrent inutiles, et que le sort des colons de Terreneuve se décidait sur un autre champ de bataille, où la fortune devenue contraire se plaisait à accabler la France.

Cependant les colonies anglo-américaines se sentaient humiliées des échecs répétés qu’elles avaient déjà éprouvés dans cette guerre, et du rôle qu’elles y jouaient. Terreneuve dévastée, le Massachusetts toujours repoussé de l’Acadie, la Nouvelle-York et les provinces centrales cernées par les Canadiens et leurs nombreux alliés et n’osant remuer de peur d’exciter l’ardeur guerrière de tant de peuples, c’était là une situation qui blessait leur intérêt et leur orgueil, et elles désiraient vivement en sortir. La conquête de toute la Nouvelle-France était à leurs yeux l’unique moyen d’en prévenir pour jamais le retour, et de parvenir à cette supériorité qui leur assurerait tous les avantages de l’Amérique et de la paix ; elles ne cessaient point de faire des représentations à la métropole dans ce sens. L’assemblée de la Nouvelle-York présenta une adresse à la reine Anne en 1709 dans laquelle on trouve ces mots : « Nous ne