Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
300
HISTOIRE

duché ; et il fit ramasser quinze cents hommes, tant Allemands que Provençaux pour la peupler ; il devait encore y envoyer 6000 Allemands du Palatinat ; mais c’est dans ce moment même (1720) que croula sa puissance éphémère avec l’échafaudage de ses projets gigantesques qui laissèrent sur la France les ruines de la fortune publique et particulière. Le contrecoup de cette grande chute financière, qui n’avait encore rien eu de pareil chez les modernes, ébranla profondément la jeune colonie, et l’exposa aux désastres les plus déplorables. Des colons rassemblés à grands frais plus de mille furent perdus avant l’embarquement à Lorient. « Les vaisseaux qui portaient le reste de ces émigrans ne firent voile des ports de France qu’en 1721, un an après la disgrâce du ministre ; et il ne put donner lui-même aucune attention à ce débris de sa fortune. La concession fut transportée à la compagnie ». Cette compagnie ne donna point l’ordre de cesser d’acheminer les colons vers l’Amérique. Une fois en route ces malheureux ne pouvaient arrêter, et la chute du système les laissait sans moyens. On les entassait sans soin et sans choix dans des navires et on les jetait sur la plage de Biloxi, d’où ils étaient transportés dans les différens lieux de leur destination. En 1721, les colons furent