Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/316

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
316
HISTOIRE

line crut de son devoir d’en informer M. de Bienville. Le pays se vidait avec autant de rapidité qu’il s’était rempli. Les principaux d’entre les Canadiens étaient MM. de Bienville, de Sérigny, de St.-Denis, de Vilinville et de Chateauguay, « Les colons les plus prospères, dit Bancroft, c’étaient les vigoureux émigrans du Canada qui n’avaient guère apporté avec eux que leur bâton et les vêtemens grossiers qui les couvraient ». Le gouvernement français n’avait pas en effet de sujets plus utiles et plus affectionnés. Renommés par leurs mœurs paisibles et la douceur de leur caractère dans la paix, ils formaient dans la guerre une milice aussi dévouée qu’elle était redoutable. Louis XV nomma M. de Sérigny capitaine de vaisseau, récompense qui était bien due à sa valeur, à ses talens et au zèle avec lequel il avait servi l’État depuis son enfance, n’ayant jamais monté à aucun grade dans la marine qu’après s’être distingué par quelqu’action remarquable ou par quelque service important. M. de St.-Denis reçut un brevet de capitaine et la croix de St.-Louis. M. de Chateauguay fut nommé au commandement de St.-Louis de la Mobile. Cependant la guerre tirait à sa fin. Excitée par un ministre ambitieux, sans motifs raisonnables qui pussent la justifier, elle n’apporta, comme on l’a déjà dit, que des désastres