Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
326
HISTOIRE

amour du pillage n’y put tenir. Oubliant que leur démarche allait compromettre le massacre général, ils résolurent de frapper sur le champ, afin de s’emparer de la cargaison des bateaux avant sa distribution. Pour s’armer ils prétextèrent une chasse voulant présenter, disaient-ils, au commandant du gibier pour fêter les hôtes qui venaient de lui arriver ; ils achetèrent des fusils et des munitions des habitans et, le 28 novembre 1729, ils se répandirent de grand matin dans toutes les demeures en publiant qu’ils partaient pour la chasse, et en ayant soin d’être partout plus nombreux que les Français. Pour pousser le déguisement jusqu’au bout, ils entonnèrent un chant en l’honneur de M. de Chepar et de ses hôtes. Lorsqu’ils eurent fini, il se fit un moment de silence ; alors trois coups de fusil retentirent successivement devant la porte de ce commandant. C’était le signal du massacre. Les Sauvages fondirent partout sur les Français, qui, surpris sans armes et dispersés au milieu de leurs assassins, ne purent opposer aucune résistance ; ils ne se défendirent qu’en deux endroits. M. de la Loire des Ursins, commis principal de la compagnie des Indes, attaqué à peu de distance de chez lui, tua quatre hommes de sa main avant de succomber. À son comptoir, huit hommes qu’il y avait laissés, eurent