Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/402

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
403
DU CANADA.

après sa création, de se dissoudre et de remettre ses possessions au roi.

Dès l’année suivante, il s’en forma une nouvelle qui prit le nom de compagnie des Indes occidentales. Cette association subsista jusqu’en 1674. Elle eut en concession toutes les colonies françaises des Îles et du continent de l’Amérique, et toute la côte d’Afrique depuis le Cap-Vert jusqu’au Cap de Bonne-Espérance, avec le privilége exclusif du commerce, la pêche exceptée, pendant 40 ans, et la jouissance des droits et priviléges qui avaient été accordés aux cent associés. Le roi lui accorda en outre une prime de 40 livres par tonneau, sur les marchandises exportées de France dans les colonies ou des colonies en France. Les marchandises dont les droits avaient été payés à l’entrée, pouvaient être réexportées par elle à l’étranger en franchise. Elle n’avait pas non plus de droits à payer sur les vivres, munitions de guerre et autres objets nécessaires à l’armement de ses vaisseaux.

Le commerce d’importation et d’exportation se trouva ainsi de nouveau arraché des mains des colons pour être livré exclusivement à la nouvelle compagnie. Les cent associés avaient joui du même monopole ; mais ils avaient été forcés en 1645 de l’abolir, et de signer un traité avec le député des habitans de la Nouvelle-