Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/547

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
548
HISTOIRE

au préalable, remise dans le même état où elle était avant le traité d’Utrecht, ce qui était avancer de nouvelles prétentions et reculer du traité d’Aix-la-Chapelle au traité d’Utrecht ; et que pour ce qui était de l’armement, la défense de ses droits et de ses possessions, était le seul but de celui qui avait été envoyé en Amérique, et que ce n’était pas pour offenser quelque puissance que ce pût être, ni rien faire qui pût donner atteinte à la paix générale. Le duc de Mirepoix remit une réplique le 6 février proposant, 1°. que les deux rois ordonnassent aux gouverneurs respectifs de s’abstenir de toute voie de fait et de toute nouvelle entreprise. 2°. Que les choses fussent remises dans l’état où elles étaient ou devaient être avant la dernière guerre dans toute l’étendue de l’Amérique septentrionale, conformément à l’article ix du traité d’Aix-la-Chapelle. 3°. Que conformément à l’article xviii du même traité, Sa Majesté britannique fit instruire la commission établie à Paris de ses prétentions, et des fondemens sur lesquels elles étaient appuyées.

Dans la suite la France modifia encore ses propositions, et consentit à prendre pour règle provisionnelle l’état où se trouvèrent les choses après le traité d’Utrecht, et que les deux nations évacueraient tout le pays situé entre l’Ohio et les Apalaches. C’était revenir sur ses