Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
156
HISTOIRE DU CANADA.

membres du clergé pourraient bien se prononcer pour ou contre suivant leur opinion individuelle ; mais les changemens opérés, l’union accomplie, on s’y soumettrait et le clergé serait le premier à donner l’exemple.

Lord Bathurst avait pu voir aussi que le chef du clergé canadien n’était pas plus favorable aux institutions républicaines que les chefs des clergés italien, espagnol ou français. Il invita M. Plessis à son château d’Oakley grove près de Cirencester, où il eût de fréquentes conférences avec lui dans les vingt quatre heures qu’ils y passèrent ensemble. Le ministre fit d’abord beaucoup de difficultés sur le premier mémoire, mais parut s’y rendre par sa dépêche du 17 septembre. Quant au second, il chercha à engager l’évêque à entrer en composition, et finit par avouer que si les titres du séminaire de Montréal étaient comme il le disait, il fallait bien lui confirmer ses biens. Il fut aussi question des écoles. Le ministre répugnait à sanctionner la loi que la chambre avait passée à ce sujet, parce qu’il croyait qu’elle avait été faite pour les paroisses catholiques seulement.

Rendu à Rome, M. Plessis présenta au pape un mémoire semblable à celui qu’il avait donné à lord Bathurst sur la division de son diocèse et obtint ce qu’il demandait. Revenu à Londres le ministre approuva cette division et l’érection de l’archevêché avec sièges suffragans, mais refusa de sanctionner le bill d’éducation jusqu’à ce que l’on eût adopté d’autres mesures qui étaient depuis longtemps en discussion.[1] L’évêque lui dit que le clergé catholique était opposé à l’institution royale et à l’acte des écoles de 1801, qui les mettait sous une commission presque toute protestante, et blâmait Monk, d’ailleurs peu populaire, d’avoir dissous la chambre en 1819.

En effet cette dissolution ne fit qu’augmenter l’agitation et affaiblir l’influence de l’exécutif en faisant proclamer par le scrutin électoral une nouvelle censure contre la marche de l’administration. La liste civile proposée par la chambre fut prise pour cause de la dissolution et la plupart des membres qui avaient voté contre furent repoussés par les électeurs. La nouvelle chambre fut encore plus opposée aux prétentions du gouvernement que l’ancienne, comme on le vit dès le début.

  1. Dépêches du 20 mai 1820 et du 10 septembre 1821.