Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
201
HISTOIRE DU CANADA.

pas ; mais ne serait-ce pas la plus grande injustice que de leur donner l’influence que les Canadiens doivent posséder par leurs propriétés. Lorsque j’entends parler d’enquête pour protéger les colons anglais, je ne puis m’empêcher d’éprouver un sentiment pénible. Je suis fâché qu’on tienne un pareil langage ; et je regarderais comme un mauvais symptôme si cette chambre était disposée à traiter une classe d’hommes comme une race privilégiée, comme une caste dominante, placée dans nos colonies pour surveiller le reste des habitans. Aurons-nous en Canada une colonie anglaise séparée du reste de la population ? Les Anglais formeront-ils un corps favorisé par excellence ? Auront-ils des privilèges exclusifs ? Seront-ils unis d’intérêt et de sympathie pour assurer la domination protestante ? Et donnerons-nous à ces colonies 600 ans de calamités comme nous avons donné à l’Irlande, parcequ’il se rencontre dans ce pays une population anglaise avec des intérêts et des sympathies anglaises ? Au nom de Dieu ! n’introduisons pas un pareil fléau dans une autre région. Que notre politique soit de donner à toutes les classes des lois équitables et une égale justice ; et qu’on ne fasse pas croire que les Canadiens nous sont moins chers, qu’ils ont moins de droit à notre considération comme sujets du roi, qu’ils sont moins dignes de la protection des lois que les Anglais. La chambre doit faire attention ; elle ne doit établir aucune distinction entre ces deux classes d’hommes. S’il est de la nature d’un gouvernement équitable de donner la plus grande portion du pouvoir politique à ceux qui ont la plus grande portion de la propriété et qui forment la majorité, quel droit a la minorité de se plaindre ? Ce n’est pas ce qui découle du plan de Pitt : et si la liberté civile et le pouvoir politique ne suivent pas le grand nombre et la propriété, le peuple ne peut plus les tenir que du bon plaisir de ses gouvernans. Je regarde comme un symptôme dangereux la distinction des races et la formation d’un peuple en deux classes distinctes. »

M. Hume parla aussi avec force à l’appui des plaintes des Canadiens, et surtout de ceux du Haut-Canada qui l’avaient chargé de leurs pétitions. Il blâma sévèrement la politique du bureau colonial. Si la seule colonie du Canada, dit-il, portait des plaintes, on pourrait supposer qu’elle est plus disposée que les