Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
213
HISTOIRE DU CANADA.

cette chambre a exprimé les opinions du pays, observa M. Papineau, les ordonnances sont abrogées ; car quand tous les citoyens d’un pays repoussent unanimement une mauvaise loi, il n’y a plus de moyen de la faire exécuter : elle est abrogée. » C’est de la rébellion s’écria M. A. Stuart.

Quant aux subsides, la chambre déclara en passant le bill, que l’appropriation qu’elle faisait n’était que provisoire et dans l’espérance que la question financière allait être bientôt réglée ; que les griefs sur lesquels le comité des communes anglaises avait fait rapport, seraient pleinement redressés et que l’on donnerait plein effet à ses recommandations ; que le conseil législatif serait réformé, que les juges cesseraient de se mêler de politique et de siéger dans le conseil exécutif, enfin que l’on établirait un tribunal pour juger les fonctionnaires accusés. Le conseil voyant l’acharnement implacable de l’assemblée contre lui, voulait rejeter le bill sans même le regarder ; mais l’influence du gouverneur retint quelques membres, et le juge Sewell sut éviter ce qui aurait été un immense embarras. Lorsque le bill fut mis aux voix, elles se trouvèrent également partagées 7 contre 7. Alors le vieux juge toujours trop habile pour manquer de moyens, imagina de voter deux fois ; il vota d’abord comme membre et ensuite comme président de la chambre. L’évêque protestant, M. Stewart, qui n’y avait pas paru de la session, y vint ce jour là à la sollicitation du juge pour donner sa voix. La minorité n’eut plus qu’à protester.

Sir James Kempt regrettait que l’assemblée n’eût pas voté la somme nécessaire pour couvrir toutes les dépenses du service public et les arrérages de certains salaires ; mais il la remercia en la prorogeant de ses généreuses appropriations pour l’éducation, l’amélioration du St.-Laurent et les routes intérieures. Elle avait accordé une somme considérable pour entourer le port de Montréal de quais magnifiques en pierre de taille, pour encourager la navigation à la vapeur entre Québec et Halifax, pour bâtir une douane à Québec et des phares en différens endroits du fleuve ; elle avait donné £20,000 pour une prison à Montréal, £12,000 pour un hôpital de marine à Québec, £38,000 pour l’amélioration des chemins et l’ouverture de nouvelles routes dans les forêts afin de faciliter l’établissement des terres ; £8,000 pour l’éducation. Enfin elle s’était plu à faire voir que si elle voulait