Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
284
HISTOIRE DU CANADA

réciproquement les uns les autres : ils se montèrent l’imagination ; ils ne virent plus les choses sous leur véritable jour. Tout prit à leurs yeux une grandeur ou une petitesse exagérée. Leurs sentiment changèrent. Bientôt ceux que l’intérêt personnel seulement animait, se crurent patriotes à force de se proclamer tels, et de se mêler avec ceux qui l’étaient réellement. Mais le temps devait faire connaître les uns et les autres, car il n’y a que les hommes sincères qui subissent la conséquence de leur entraînement avec l’indépendance qui seule donne de la noblesse à une cause.