Page:Garros - De la diète au point de vue thérapeutique.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




AVANT-PROPOS




De toutes les causes qui, dans la pratique vétérinaire, viennent entraver la marche des maladies et retarder ou rendre impossible leur guérison, l’une des plus communes est, sans contredit, celle qui consiste à négliger l’exécution rigoureuse du régime diététique. Je dirai même, sans craindre d’aller trop loin, que la plupart des insuccès que l’on constate parfois dans nos campagnes, n’ont pas une autre source.

Croire qu’une nourriture abondante est indispensable à un animal malade pour relever ses forces et abréger la convalescence, c’est commettre une grave erreur et contribuer à la propagation d’un préjugé qui, malheureusement trop répandu par la plupart des empiriques et autres guérisseurs, ne saurait être trop vivement combattu.

Essayer de faire comprendre les inconvénients d’une telle habitude afin de préserver les malades des dangers auxquels les expose un régime mal ordonné, tel est le but que je me suis proposé d’atteindre en choisissant la diète comme sujet de thèse.