Page:Gauckler, Paul - L'archéologie de la Tunisie (1896).pdf/2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’Archéologie[1]

DE LA TUNISIE




La Tunisie est par excellence le pays des ruines. Les vestiges du passé s’y montrent plus abondants, mieux conservés que partout ailleurs ; ils y prennent une valeur d’autant plus grande que le contraste est plus saisissant entre ce qui existe actuellement et ce qui a été, entre la misère présente et la splendeur des temps anciens.

Ce contraste, le touriste qui se borne à visiter les villes

  1. Je me suis principalement servi, pour la rédaction de cette étude d’ensemble, des ouvrages d’archéologie tunisienne les plus récents. L’on me permettra de m’acquitter ici de la dette de reconnaissance que j’ai contractée envers leurs auteurs, en donnant la liste des travaux que j’ai le plus souvent mis à contribution, de ceux que l’on consultera avec le plus de fruit, si l’on désire entrer dans le détail des diverses questions que j’ai dû me borner à indiquer en peu de mots :

    Gaston Boissier, l’Afrique romaine. Paris, 1895. — Paul Monceaux, les Africains. Paris, 1894. — René Cagnat, Explorations épigraphiques et archéologiques en Tunisie, 1882-1887 ; l’Armée romaine d’Afrique. Paris, 1893. — Saladin, Rapports sur les missions accomplies en 1882-83 et en 1885. Paris, 1887 et 1893 — Diehl, Rapport sur deux missions archéologiques dans l’Afrique du Nord, 1892-1893. — Les nombreux opuscules du P. Delattre, surtout la Basilique de Damous-el-Karita. — Les Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga), Paris, 1895, du docteur Carton, et toutes les études de détail, du même auteur, notamment l’Essai sur les travaux hydrauliques des Romains publié dans le Bulletin archéologique, 1888. — M. du Coudray la Blanchère (René-Marie), l’Aménagement de l’eau et l’installation rurale dans l’Afrique ancienne. Paris, 1895. — Paul Bourde, Rapport sur les cultures fruitières et en particulier sur la culture de l’olivier dans le centre de la Tunisie. Tunis, 1893. — Toutain, la Tunisie romaine et l’Afrique française. Les Sables-d’Olonne, 1892. — De Saturni dei in Africa romana cultu. — Les Cités romaines d’Afrique : essai sur l’histoire de la colonoisation romaine dand l’Afrique du Nord. Paris, 1896. Ces deux derniers ouvrages, thèses soutenues pour le doctorat en Sorbonne, ont paru au moment où cet article était déjà sous presse, par conséquent trop tard pour que j’aie pu en tirer grand profit : le lecteur y trouvera l’étude la plus complète qui ait encore été faite de la Tunisie romaine.