Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’autel, interrogeant du regard les pierreries et les signes magiques. Il resta longtemps absorbé, au milieu du silence profond ; enfin il se releva et s’écria avec enthousiasme :

— L’ange Souriel, prince de la face divine, m’a parlé « C’est dans la ville royale de Bethlehem en Judée », m’a-t-il dit, et n’est-il pas écrit en effet par le prophète : « Et, toi Bethlehem, ville de Juda, tu n’es pas la moindre des principales villes de Juda, car c’est de toi que sortira le chef qui doit gouverner mon peuple d’Israël ? »

— C’est bien ! dit Hérode en dissimulant son irritation, nous irons à Bethlehem.

Puis, se ravisant au moment où il allait sortir :

— Je connais vos subtilités et votre façon de voiler le vrai sens des mots, dit-il ; jurez donc qu’il s’agit bien d’un enfant, et que vous n’entendez pas plutôt qu’un nouvel initié vient de naître à la science magique, comme vous avez coutume de dire.