Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en épais nuages, ne soient plus qu’un léger voile de brouillard.

« Humez alors, sans précipitation, cette liqueur délicieuse, et vous travaillerez à écarter les cinq sujets d’inquiétude qui viennent d’ordinaire nous assaillir.

« On peut savourer l’arôme exquis, on peut respirer le subtil parfum, mais qui donc pourrait exprimer la douce quiétude que l’on doit à ce breuvage incomparable[1] ? »

Mais la mémoire manque au général : il fausse le rythme, se perd, recommence.

  1. Cette poésie et quelques autres, traduites en français, valurent à l’empereur Khien-Long la fameuse épître de Voltaire :
    Reçois mes compliments, charmant roi de la Chine.
    Ton trône est donc placé sur la double colline.
    · · · · · · · · · · · · · · · ·
    On sait dans l’Occident que, malgré mes travers,
    J’ai toujours fort aimé les rois qui font des vers.
    · · · · · · · · · · · · · · · ·
    Ô toi que, sur le trône, un feu céleste enflamme,
    Dis-moi si ce grand art dont nous sommes épris
    Est aussi difficile à Pékin qu’à Paris…