Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/251

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
239
les cruautés de l’amour

couronnés de plumes bleues et rouges et ornés de quatre rangées de dents.

Cependant la barque manœuvrait bizarrement ; elle allait, venait, se retournait brusquement. Une fois nous la vîmes sauter hors de l’eau. Ce n’était donc pas une barque ! Et puis maintenant, au lieu d’un point noir il y en avait deux, qui se fuyaient et se poursuivaient.

— Bon Dieu ! m’écriai-je tout à coup, ce sont des requins.

— Des requins ! répéta milady, épouvantée.

En trois bonds, nous fûmes chacun sur notre arbre, où nous tremblâmes longtemps. La nuit vint. Notre sommeil fut agité, mais le matin nous ne vîmes plus trace de requins. Ils s’en étaient retournés au large.

Nous eûmes l’idée d’établir une pêcherie et l’exécution de ce projet nous occupa longtemps. Avec de la ficelle et un jupon déchiré en lanières nous fîmes un filet carré attaché à quatre baguettes et suspendu par des cordes à une cinquième. C’était une sorte de grande cuiller. Lorsque le filet fut achevé, nous allâmes à la pêche, et après plusieurs heures de patience, nous amenâmes dans le filet quelque chose de mou, de gluant, d’affreux.

— Une pieuvre ! m’écriai-je, pensant aux Travailleurs de la mer.