Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
283
les cruautés de l’amour

mer peut-être, moi je l’adore, et voilà que je gâte mon bonheur par ma sensibilité stupide !

Il essaya de secouer sa tristesse, mais il ne put empêcher son cœur de se serrer.

— Vous brodez comme des fées, mesdemoiselles, dit-il en prenant le bout de la tapisserie de Juliette.

— Vous vous intéressez à la tapisserie ? dit-elle.

— C’est un fauteuil, dit Julie ; Juliette fait le dossier, moi le siège ; ce dessin est compliqué.

— Moi je fais les bras, dit Lili, en étalant son ouvrage sur la table.

— Je me perdrais dans tous ces points et dans tous ces fils, continua-t-il la mort dans l’âme.

— Il n’y aurait pas grand mal à cela, dit Juliette.

— Ce n’est pas si difficile que cela en a l’air, dit Julie.

— Je vous apprendrai, si vous voulez, dit Lili.

Maurice regardait les mains de Juliette, cette vue le rassérénait. Un des doigts de la jeune fille était orné d’une petite bague où brillait une émeraude.

— Si elle voulait me la donner, pensait-il, je la mettrais à mon petit doigt, s’il est assez petit.