Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
les cruautés de l’amour

ouvrit la porte, il s’en alla ; mais il revint le soir, et ainsi chaque jour jusqu’au printemps.

— C’était un brave loup, dit Fédor, il n’a jamais fait de mal aux enfants qui jouaient tout près de lui ; seulement, il ne se laissait pas toucher. Quand on approchait, il reculait. Il me semble le voir encore avec son museau pointu et ses yeux de braise.

— Écoutez donc comme les chiens grondent, dit André ; les loups entendent sans doute qu’on parle d’eux, ils rôdent sur la lisière du bois.

En disant cela, le jeune homme s’était levé et avait décroché son fusil.

— André ! André ! n’y va pas, s’écria Clélia, tu me ferais rêver de loups toute la nuit.

— Est-ce que tu vas chasser à une pareille heure ? s’écria Catherine toute tremblante ; deviens-tu fou ? aller ainsi, quand on n’y voit rien du tout, pour se faire dévorer par ces vilaines bêtes-là !

— Bah ! bah ! dit André en haussant les épaules.

Mais il n’insista pas et posa son fusil contre la muraille.