Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
les cruautés de l’amour

homme. Tu as voulu me tuer, je daigne l’oublier au point que je te demande de nous mettre sur la piste de quelque loup, moi et les compagnons qui vont me rejoindre. Ça va-t-il ?

— Oui, dit André qui avait consulté Clélia du regard, vous me retrouverez sur la lisière du bois.

Il alla prendre sa carabine et sortit aussitôt.

Catherine se précipita aux pieds du barine et lui embrassa les genoux.

— Ah ! que tu es bon ! disait-elle, ah ! que tu es bon !

— Ce n’est pas moi qu’il faut remercier, c’est la comtesse Clélia Grégorowna, dit Pénoutchkine en repoussant la paysanne.

Catherine se traîna jusqu’à Clélia, qui la releva et l’embrassa.

— Essuie tes yeux, voyons ! dit-elle. Tu ressembles à ma chère nourrice, et quand je la voyais pleurer, je pleurais aussi.

Bientôt les amis de Pénoutchkine arrivèrent, ils ne descendirent pas de voiture et appelèrent de la porte.

— Hâte-toi, Alexandrovitch, disaient-ils, la matinée est déjà avancée, nous serons pris par la nuit.

— Ne vous montrez pas à eux, dit le jeune sei-