Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tique ! Pourquoi un cul sphérique et blanc, entr’ouvrant ses cuisses rondes, élastiques et fraîches, n’a-t-il pas fait déboucher dans le centre des délices, dans le paradis vermeil, dans le cassenoisette d’amour, ce maître Jean Chouart, ce champignon de braguette, ce pilon du mortier de Cythère ? c’eût été un fier carillon de couilles, et un rude brimbalement de choses et d’autres.

Au bout de neuf lieues, et après trois changements de postillons,… pas dans le cul, je débandai, et passai de midi à six heures, sans l’aide de la fourchette de St Carpion. Mon imagination calmée et débarrassée des fantaisies en forme de croupes, poils et cons, qui me caracolaient dans la cervelle, revint au sentiment de la réalité ; et je m’aperçus que je n’étais pas dans les nuages d’un ciel priapique, mais bien dans un affreux tourbillon de poussière ; sur quoi je fis ce quatrain :