Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


était un peu enceinte, sous prétexte que l’armée autrichienne ne se retire jamais, et que les Hongrois ne sont pas hongres ; quoique, selon Gérard(5) il faille prononcer hongrais, comme français. Quand je tripotais le cul de la respectable mère, le fœtus, renfermé dans le petit ventre potiroforme de l’ex-danseuse, sachant ce que cela voulait dire, et habitué à de pareils préludes, sautelait, sous son enveloppe blanche, comme un crapaud sous une serviette, et se rencognait au fond de la matrice, pour éviter les coups de pine. De même, un chat qu’on poursuit sous un lit, avec un bâton, se colle à la muraille, et se pelotonne piteusement. Sa tête faisait une petite bosse dans le flanc maternel ; je me demandai si je fourgonnerais ce fœtus injecté par une seringue autrichienne ; si j’avais été sûr que ce fût une fille, j’aurais assez volontiers cueilli ce pucelage dans le con de sa maman ; mais, j’eus peur,