Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


et rouges, était bien supérieur comme goût et comme magnificence. Il y a surtout un certain chalet qui est bien la chose la plus ridicule et la plus bouffonne que l’on puisse imaginer. À côté de ce chalet se trouve une étable garnie d’une chèvre et de son chevreau empaillés, et d’une truie de pierre grise tétée par des marcassins de la même matière. À quelques pas du chalet, le guide se détache, ouvre mystérieusement la porte, et, quand il vous appelle et vous permet enfin d’entrer, vous entendez un bruit sourd de rouages et de contrepoids, et vous vous trouverez face à face avec d’affreux automates qui battent le beurre, filent au rouet, ou bercent de leurs pieds de bois des enfants de bois couchés dans leurs berceaux sculptés ; dans la pièce voisine, le grand-père malade est couché dans son lit, ― sa potion est à côté de lui sur la table ; l’on a poussé le scrupule jusqu’à poser sous la couchette une urne indescriptible, mais fort bien imitée ; voilà un résumé fort exact des principales magnificences du Retiro. Une belle statue équestre en bronze de Philippe V, dont la pose ressemble à la statue de la place des Victoires, relève un peu toutes ces pauvretés.

Le musée de Madrid, dont la description demanderait un volume entier, est d’une richesse extrême : les Titien, les Raphaël, les Paul Véronèse, les Rubens, les Vélasquez, les Ribeira et les Murillo y abondent ; les tableaux sont fort bien éclairés, et l’architecture du monument ne manque pas de style, surtout à l’intérieur. La façade qui donne sur le Prado est d’assez mauvais goût ; mais en somme, la construction fait honneur à l’architecte Villa Nueva, qui en a donné le plan. ― Le musée visité, allez voir au cabinet d’histoire naturelle le mastodonte ou dinothérium gigantœum, merveilleux fossile avec des os et des barres d’airain, qui doit être pour le moins le behemot de la Bible, un morceau d’or vierge qui pèse seize livres, les gongs chinois dont le son, quoi qu’on en dise, ressemble beaucoup à celui des chaudrons dans lesquels on donne un coup