Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à la vie matérielle, et le confort leur est tout à fait indifférent. Les mille besoins factices créés par les civilisations septentrionales leur semblent des recherches puériles et gênantes. En effet, n’ayant pas à se défendre continuellement contre le climat, les jouissances du home anglais ne leur inspirent aucune envie. Qu’importe que les fenêtres joignent exactement, à des gens qui paieraient un courant d’air, un vent coulis, s’ils pouvaient se le procurer ? Favorisés par un beau ciel, ils ont réduit l’existence à sa plus simple expression ; cette sobriété et cette modération en toutes choses leur procurent une grande liberté, une extrême indépendance ; ils ont le temps de vivre, et nous ne pouvons guère en dire autant. Les Espagnols ne conçoivent pas que l’on travaille d’abord pour se reposer ensuite. Ils aiment beaucoup mieux faire l’inverse, ce qui me paraît effectivement plus sage. Un ouvrier qui a gagné quelques réaux laisse là son ouvrage, met sa belle veste brodée sur son épaule, prend sa guitare, et va danser ou faire l’amour avec les majas de sa connaissance jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus un seul cuarto ; alors il reprend la besogne. Avec trois ou quatre sous par jour, un Andalou peut vivre splendidement ; pour cette somme, il aura du pain très blanc, une énorme tranche de pastèque et un petit verre d’anisette ; son logement ne lui coûtera que la peine d’étendre son manteau par terre sous quelque portique ou quelque arche de pont. En général, le travail paraît aux Espagnols une chose humiliante et indigne d’un homme libre, idée très naturelle et très raisonnable, à mon avis, puisque Dieu, voulant punir l’homme de sa désobéissance, n’a pas su trouver de plus grand supplice à lui infliger que de gagner son pain à la sueur de son front. Des plaisirs conquis comme les nôtres à force de peines, de fatigues, de tension d’esprit et d’assiduité, leur sembleraient payés beaucoup trop cher. Comme les peuples simples et rapprochés de l’état de nature, ils ont une rectitude de jugement qui leur fait mépriser les jouissances de convention.