Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dont le fer lui déchirait le cuir et dont le papier lui bruissait aux oreilles, il se mit à courir çà et là, à beugler affreusement. Son mufle noir blanchissait d’écume, et, dans l’enivrement de sa rage, il donna de si rudes coups de corne contre une des portes, qu’il la fit sauter des gonds. Les charpentiers, qui suivaient de l’œil ses mouvements, remirent aussitôt le battant en place ; un chulo l’attira d’un autre côté, et fut poursuivi si vivement qu’il eut à peine le temps de franchir la barrière. Le taureau, exaspéré, enragé, fit un effort prodigieux, et passa par-dessus las tablas. Tous ceux qui se trouvaient dans le couloir sautèrent avec une merveilleuse promptitude dans la place, et le taureau rentra par une autre porte, reconduit à coups de canne et à coups de chapeau par les spectateurs du premier rang.

Les picadores se retirèrent, laissant le champ libre à l’espada Juan Pastor, qui s’en fut saluer la loge de l’ayuntamiento et demander la permission de tuer le taureau ; la permission accordée, il jeta en l’air sa montera, comme pour montrer qu’il allait jouer son va-tout, et marcha au taureau d’un pas délibéré, cachant son épée sous les plis rouges de sa muleta.

L’espada fit voltiger à plusieurs reprises l’étoffe écarlate sur laquelle le taureau se précipitait aveuglément ; un mouvement de corps lui suffisait pour éviter l’élan de la bête farouche, qui revenait bientôt à la charge, donnant de furieux coups de tête dans l’étoffe légère qu’il déplaçait sans la pouvoir percer. Le moment favorable étant venu, l’espada se plaça tout à fait en face du taureau, agitant sa muleta de la main gauche et tenant son épée horizontale, la pointe à la hauteur des cornes de l’animal ; il est difficile de rendre avec des mots la curiosité pleine d’angoisses, l’attention frénétique qu’excite cette situation qui vaut tous les drames de Shakespeare ; dans quelques secondes, l’un des deux acteurs sera tué. Sera-ce l’homme ou le taureau ? Ils sont là tous les deux face à face, seuls ; l’homme n’