Page:Gazier - Histoire générale du mouvement janséniste, depuis ses origines jusqu’à nos jours, tome 1.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
120
histoire du mouvement janséniste

nières possibles, s’il est nécessaire pour la défense de la vérité et de l’honneur de M. Jansénius, de faire que ce témoignage ait tout l’effet que je souhaite.

« Fait à Paris, rue du Louvre, le samedi quinzième de juillet mil six cent soixante et treize.

« N. Malebranche, prêtre de l’Oratoire. »


À quelles tortures morales ont donc été soumis ceux qui ont dû passer par de semblables alternatives ? et n’est-on pas autorisé à répéter ce qu’on a dit maintes fois, que le Formulaire était inutile, contraire à l’esprit de christianisme et véritablement odieux ? Tout ce qu’en a écrit Duguet dans sa grande lettre à M. de Montpellier du 25 juillet 1724 trouve sa justification dans cette émouvante rétractation de Malebranche se traitant lui-même de menteur, de lâche et de calomniateur.

« Il est étonnant, dit Duguet, qu’on ait établi un formulaire pour faire signer la condamnation d’un livre épargné à dessein dans le commencement, enveloppé ensuite par artifice dans la censure de quelques propositions dont il enseigne les contradictoires, examiné avec si peu d’attention en France, et ne l’ayant été nulle autre part.

« Il est inouï dans toute l’antiquité qu’on ait condamné un auteur pour des propositions qui ne fussent pas conçues dans ses propres termes. On n’en peut citer aucun exemple, et quand on en pourrait citer, ce serait un scandale, et non pas un exemple, parce qu’il est du droit naturel de ne rendre un auteur responsable que de ce qu’il a dit, et non de ce qu’on a substitué à ses paroles.

« Il est inouï qu’on ait jamais censuré un ouvrage entier sur un extrait arbitraire que ses ennemis en aient fait….