Page:Gazier - Histoire générale du mouvement janséniste, depuis ses origines jusqu’à nos jours, tome 1.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
250
histoire du mouvement janséniste

pour juger par exemple la 25e : « Dieu éclaire l’âme et la guérit aussi bien que le corps par sa seule volonté. Il commande et il est obéi. » Si cette proposition est fausse, « suspecte d’hérésie », comme disait Clément XI, que faut-il penser du Domine non sum dignus qu’on récite tous les jours à la messe, et comment le prêtre ose-t-il dire à Dieu ; « Dites seulement une parole et mon âme sera guérie » ? Il en était de même de cinquante autres, si bien que la Bulle obtint, on peut le dire, un véritable succès de scandale. L’infaillibilité des papes n’était pas alors un dogme : il s’en fallait de beaucoup, et l’on était indigné en voyant un souverain pontife condamner, pour complaire aux Jésuites, les vérités les plus éclatantes. La Bulle Unigenitus, au dire d’un contemporain bien informé, a fait un million de jansénistes au sens que nous donnons à ce mot[1], elle a plus que toute autre chose ranimé le souvenir de Port-Royal et popularisé son culte, car ce sera désormais au nom des principes de Port-Royal que la France catholique protestera contre la Bulle. Si l’autorité civile et l’autorité religieuse ne s’étaient pas coalisées pour la faire recevoir de gré ou de force, elle aurait été rejetée dès le début. Mais Louis XIV avait conclu un pacte avec Clément XI ; il lui avait promis de considérer sa Bulle comme une loi de l’Église, et d’en faire une loi de l’État, puisque l’État

  1. Dans une longue lettre au pape, conservée au Vatican, le Père Timothée dénonçait les complices de Noailles : « Tous les Pères de l’Oratoire, les Bénédictins, presque tous les moines de Citeaux et de Saint-Bernard, les chanoines réguliers, les Dominicains, et grand nombre d’autres mauvais moines et religieux d’autres ordres, avec tout ce qu’il y a presque de prêtres séculiers pour révolter les fidèles contre les sacrés oracles de Sa Sainteté et leur inspirer du mépris pour elle et pour le Saint-Siège. — Tout compte fait on arriverait au million.