Page:Geniaux - Les Ames en peine.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et vous essayez de les faire périr à la manière des hommes de ce monde. Vous serez châtiés, criminels !

Malgré la haine que l’assistance portait aux Buanic, la conduite de Nédélec et de ses brutaux camarades parut odieuse. Tous se taisaient, quand un gros sanglot, suivi d’une aigre plainte qui rappelait le cri d’un courlis affamé, emplit la salle. Les yeux se tournèrent vers le seuil de la maison. Une femme corpulente et un maigre homme occupaient son embrasure. Les épaules exhaussées d’une pèlerine en faux astrakan qui remontait jusqu’aux oreilles, la nouvelle arrivante faisait une grimace de désolation qui poussait en avant ses lèvres molles au-dessous d’un nez tombant du bout comme un cierge fondu.

— La veuve du timonier Bargain, cria Gurval.

Près de cette endeuillée en perpétuel gémissement, se tenait, courbé sur une crosse de cornouiller, un marin sur l’âge au crâne poli comme un couvercle de faïence.

— Isidore Bargain, salut ! fit aimablement le vieux Plonéour. Approche.

Ce frère aîné du naufragé de la « Rosa-Mystica » secoua sa tête ridée avec une mine d’infinie lassitude et dit lentement :

— On n’a plus le goût à rien. Les colonies m’ont perclus et la mort abominable de mon frère, notre soutien, m’achève.

— On ne s’en relèvera point, on est du monde fini, ajouta la veuve. Ah ! Passion du Seigneur ! mes bons amis, jurez-nous que vous n’oublierez jamais le crime des Buanic. Si ces lâches l’avaient voulu, mon mari et les dix autres marins natifs de Ploudaniou vivraient heureux à ce jour. Que ces chiens brûlent au soufre et au plomb, les siècles des siècles !

S’inclinant profondément sous le baldaquin de la cheminée comme s’il saluait le feu, le vieux Plonéour prononça gravement :

— Voilà un souhait de votre part auquel il n’y a rien à reprendre. Maintenant, veuve Bargain, je vous le demande, croyez-vous Jean et Julien des âmes ou des corps ?

D’un ton terrible, l’endeuillée répondit !

— Des corps vivants, pour mon malheur ! Et c’est pour cela que je les maudis !

Une longue année s’était encore écoulée dans une attente