Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


jusqu’à leur conversion. Ils voyaient la volupté embellir leurs fêtes, l’opulence enrichir leurs temples, les maîtres du monde prosternés devant la figure de Jupiter, et la philosophie tremblant à la voix d’une pythonisse ou d’un devin. Si quelques-uns furent assez sensés pour se refuser à cette croyance ridicule, ils tombaient dans les piéges d’une philosophie plus dangereuse par les doutes qu’elle inspirait, et surtout par cet amour de soi-même, de tous les genres d’idolâtrie la plus funeste et la plus difficile à guérir. Quelle préparation pour la voie évangélique ! »