Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
121
ESCAL-VIGOR

— Et votre fils ne rentre-t-il pas dîner ? demanda Kehlmark au bourgmestre.

— Oh, celui-là, il emporte chaque matin son pain et sa viande ! fut la réponse de Claudie.

Après le dîner, Henry s’éternisa. Claudie, persuadée qu’elle le captivait à ce point, le promena encore sur les terres des Govaertz. Adroitement, elle le renseignait sur leur fortune. Leurs champs allaient jusque là-bas, plus loin que le moulin à vent. « Tenez, à l’endroit où vous voyez ce bouleau blanc ! » Elle donna à entendre au Dykgrave qu’ils étaient fort riches déjà, sans les espérances. Les deux sœurs de Michel, les deux vieilles bigotes, quoique brouillées avec le bourgmestre, avaient cependant promis de laisser leurs biens à ses enfants.

Kehlmark traîna tellement que le soir tombait quand il songea à faire seller son cheval. Le comte espérait revoir le petit joueur de bugle et au moment de se résigner à partir, il s’informa de nouveau de lui : « Souvent il ne rentre qu’à la nuit, disait Claudie en se renfrognant à la seule mention du gamin rebuté. Il lui arrive même de coucher dehors. Ses mœurs de vagabond ne nous inquiètent plus, père et moi. Nous n’en sommes