Page:Georges Feydeau - La dame de chez Maxim.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Scène V

Les Mêmes, LA MÔME, cachée, MADAME PETYPON.



Madame Petypon, surgissant de droite, pan coupé. Elle porte un plateau avec la théière, le sucrier et la tasse sur sa soucoupe. Sans regarder les deux hommes, elle descend jusqu’à la table déposer son plateau.

Voilà le thé ! J’ai envoyé Étienne acheter un citron.


Petypon, affolé et l’œil toujours sur sa femme ; profitant de ce qu’elle ne regarde pas pour dire très haut par l’interstice des deux tapisseries, afin de prévenir la Môme.

Ma femme ! hum ! hum !… Madame Petypon, ma femme !


Mongicourt, même jeu.

Sa femme ! Madame Petypon !


Madame Petypon, étonnée, se retourne vers son mari, puis, traversant la scène en riant de façon à passer no 1.

Eh bien quoi ? Tu me présentes au docteur, maintenant ?


Mongicourt, inconsidérément.

Madame, enchanté !

Il descend, tout en parlant, derrière le canapé.

Petypon, à Gabrielle assise sur le canapé.

Mais non, je dis : — tu ne me laisses pas achever — « Madame Petypon, ma femme,… tu ne trouves pas qu’on étouffe ici ? »